Grille d’évaluation et nouvelles pistes de réflexions

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 7727 (11 par jour)
Fiche Ressources DLD N°920-2049

Grille d’évaluation et nouvelles pistes de réflexions

Préambule

On pourrait définir le développement local comme un processus de mobilisation de l’ensemble des acteurs d’un territoire à une échelle humaine qui permet l’échange, la convivialité et la réflexion transversale. En Alsace, cette démarche initiée dès le début des années 80 a bénéficié d’un soutien actif de l’Etat et des collectivités. Aujourd’hui, une bonne partie du territoire est couvert par des structures intercommunales qui sont entrées dans des démarches contractuelles.

Après la période pionnière d’un « développement local de révolte » dans les territoires périphériques où les conditions géographiques (vallées) et économiques (crise) avaient facilité la démarche, le processus a atteint la plaine et on redécouvre même ses vertus en milieu urbain. On réussit presque à faire mentir le vieil adage : « il est plus facile de partager la pauvreté que la richesse ». Paradoxalement, c’est la politique de développement local qui a permis de structurer le territoire alsacien. Chemin faisant, les structures se sont professionnalisées et le métier même d’agent de développement s’est transformé.


A partir d’un premier bilan critique, quelques pistes de réflexion seront proposées dans une grille de lecture qui pourrait permettre d’orienter les démarches de développement local sur d’autres enjeux dans un souci d’écoute, de responsabilisation, d’expérimentation et d’évaluation.

CONSTAT

Globalement

    • Le développement local a perdu de son intérêt et de son souffle en s’identifiant uniquement à l’intercommunalité et en s’enfermant dans des territoires aux limites strictes.
    • Les agents de développement animateurs multifonctions ne peuvent pas tout porter.
    • En milieu rural notamment, de nombreux projets sont handicapés par l’absence de matière grise au démarrage et la rupture entre la phase d’étude portée par des cabinets et celle de montage porté par un technicien.
    • L’échelle des bassins de vie ou de l’intercommunalité ne suffit plus pour de nombreux projets qui doivent être réfléchis à un autre niveau.
    • Les entreprises souvent peu organisées en réseaux ont trop souvent été ignorées dans les projets de territoire.
    • L’aide aux associations n’est pas toujours bien insérée dans cette logique de développement alors qu’elle en fait intimement partie.

ENJEUX ET OPPORTUNITES

    • Contrat de plan
    • Mise en place des futurs « pays »
    • Réforme des fonds structurels
    • Interrogation des institutions, des collectivités, de l’Etat et des professionnels du développement local sur cette politique

IDEE

    • Mettre en place une politique volontariste et lisible
    • Prendre en compte de nouveaux acteurs (entreprises, associations)
    • Mettre en place de nouveaux moyens (interne et mobilisation de partenaires extérieurs)
    • Travailler à de nouvelles échelles sans se figer sur des limites strictes
    • Favoriser le bien-être des habitants

PRINCIPES

    • Souplesse de la procédure
    • Clarté des objectifs
    • Mobilisation locale et soutien extérieur si nécessaire à chaque étape
    • Mobilité accrue des habitants
    • Implication de tous les acteurs du territoire
    • Evaluation
    • « Durabilité »
    • Ouverture et partenariat avec les acteurs extérieurs

PISTES DE REFLEXION

Cette première grille d’analyse et d’évaluation des contrats ou projets de territoire devra être modulée en fonction des territoires concernés et de leur degré d’intercommunalité ou d’implication préalable dans des stratégies de développement local.

  • Montage et suivi des contrats
    • Critères de taille et d’échelle de territoire
    • Définition d’une stratégie à court moyen et long terme
    • Adoption d’une vision systémique et intégration de l’ensemble des paramètres (économie, habitat, logement, déplacements, services)
    • Définition précise du processus de mobilisation des acteurs dans la phase initiale et proposition d’organisation permanente du réseau de partenaires
    • Bonne identification des partenaires locaux porteurs de projets
    • Synergie entre acteurs locaux
    • Durabilité des actions
    • Suivi des projets et évaluation
    • Effets attendus de chaque projet en terme sociétal, économique, ou de création d’emplois
  • Services à la population
    • Accès aux services publics (Transports
    • Temps d’accès
    • Horaires d’ouverture
    • Accès à la culture et au sport
    • Accès aux nouvelles technologies (Etablissements scolaires, associations, entreprises)
  • Mobilisation des acteurs locaux
    • Implications des enfants dans le projet du territoire (Ateliers scolaires, projet éducatif, contrat éducatif )
    • Développement de démarches interentreprises favorisant le dialogue entreprise-territoire
    • Création de lieux et structures d’échange (clubs, associations de chefs d’entreprises)
    • Implication des entreprises dans d’autres domaines que l’économie
    • Présence des entreprises dans les Conseils d’établissements (collèges, lycées)
    • Programmation d’opérations ( forums école-entreprises, opérations portes ouvertes, visite d’entreprises)
    • Implication du monde associatif dans le projet de territoire
    • Valorisation et mise en réseau du patrimoine
  • Lisibilité interne du territoire
    • Signalétique spécifique
    • Documents de promotion (statistiques, adresses, cartes)
    • Eclairage des monuments remarquables
    • Documents scolaires
    • Information de la population locale (Réunions d’information - Questionnaires, sondages)
  • Qualité
    La qualité est une notion essentielle qui doit traverser l’ensemble de la démarche de développement. Le contexte régional de forte densité de population nous oblige cependant à insister sur un aspect particulier : la qualité du paysage.
    Qualité du paysage
    • Charte de zones d’activités
    • exposition sensibilisation sur l’environnement naturel et urbain
  • Solidarité et cohésion sociale
    • Implication des personnes âgées dans les projets (Développement des relations intergénérationnelles -** Rencontres)
    • Développement de lieux d’échange
    • Prise en compte des publics en difficulté -** Tutorat
  • Cohérence du projet par rapport à l’environnement
    • Calage du projet sur les schémas départementaux
    • zones d’activités
    • infrastructures de loisirs
    • Positionnement dans la hiérarchie urbaine
  • Ouverture sur l’extérieur
    • Implication des organismes consulaires et structures en charge du développement
    • Prise en compte de possibilités d’interventions nationales ou européennes
    • Ouverture sur les territoires proches du Bas-Rhin, de Lorraine ou d’Allemagne -** Relations à l’international (Echanges scolaires internationaux -** Transfrontalier -** Développement de la pratique des langues étrangères)
    • Accueil et insertion des personnes extérieures au territoire (Moment et lieu d’accueil des nouveaux arrivants (règles de vie et droits) -** Moments et lieux de contact réguliers -** Information réciproque et formation)
    • Stratégie de communication vis à vis de l’extérieur

Conclusion

Cette grille est conçue à fois comme un outil de réflexion dans le cadre des nouvelles politiques de développement local qui seront élaborées dans les prochains mois et des réflexions en cours au niveau de l’Union européenne, de l’Etat et des collectivités. Elle doit être utilisée comme un outil d’aide à la réflexion tant dans la définition des nouvelles politiques que dans une phase d’évaluation.

La souplesse et l’ouverture doivent être au coeur des politiques et des procédures mises en place. Si nous définissons le développement local comme "une relecture d’un espace par une stratégie, il faut accepter qu’il y ait autant de territoires que de stratégies et que les limites, les acteurs et la dynamique de ces territoires peuvent et doivent évoluer dans l’espace et dans le temps.



le 15 mai 1999 par Luc Gwiazdzinski
modifie le 25 avril 2011