Dynamique et développement durable des territoires - Diact

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 4510 (6 par jour)
Fiche Ressources DLD N°920-1806

Dynamique et développement durable des territoires - Diact

Descriptif

À défaut de photos, le lecteur se voit offrir à presque toutes les pages de très beaux graphiques ou des tableaux donnant un aperçu des tendances identifiées, en milieu rural et urbain essentiellement pour la France mais parfois pour l’ensemble de l’Union européenne. Après être devenue en 2004 la Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires, voilà que la DATAR retrouve son sigle en devenant cette fois la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale. Une de ses dernières publications sous le sigle de DIACT aura été ce rapport de l’Observatoire des territoires qui présente un panorama complet des dynamiques et des disparités géographiques de l’Hexagone.

Une panoplie de questions sur la page de garde donne une idée du contenu : Comment expliquer les trajectoires différenciées des régions ? Quels atouts permettent des stratégies d’innovation et de développement local durable ? Comment se présentent les liens entre les grandes villes et celles de moindre importance ?

Dans une section sur le renforcement des espaces urbains et sur la diversification des espaces ruraux, on se réfère aux « nouvelles campagnes ». Il s’agit de cantons ruraux à économie touristique ou à attractivité touristique résidentielle. On les retrouve en grande partie dans le Sud-Est, le long de la côte Atlantique et le long de la frontière franco-espagnole ainsi qu’en Corse. Quatre-vingt-onze pour cent des interrogés ont répondu « oui tout à fait » ou « oui plutôt » à la question : « Votre quartier ou votre village est-il agréable à vivre ? » On peut lire que les habitants des zones périurbaines, des pôles ruraux et du rural isolé sont unanimes quant à l’appréciation de leur cadre de vie. Mais on estime se trouver « loin de tout » en déplorant un manque d’équipements tels les commerces, les activités pour les jeunes et surtout les insuffisances en matière de transport en commun. On peut lire que la périurbanisation du territoire français amplifie les déplacements domicile-travail tant en distance kilométrique qu’en temps de trajet. Les gens les plus mobiles seraient effectivement ceux des couronnes périurbaines.

En relation avec l’innovation en milieu rural il est fait allusion au courant de la « géographie de l’innovation ». Toutes les régions ne bénéficient bien sûr pas d’un effet de taille qui permet de développer de façon significative des activités productrices de connaissance. C’est le cas de la Franche-Comté et de l’Auvergne moins dynamiques à ce chapitre que la Bretagne et l’Alsace et qui se situent bien loin des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon.

Le rapport fait allusion à l’émergence durant les années 1970 à la notion de compétitivité des pays sur les marchés internationaux. Ainsi, les dimensions stratégiques de la compétitivité jusqu’alors prises en considération à l’échelon des entreprises trouvèrent une application au niveau des nations. Le temps d’en faire autant avec les territoires n’a pas tardé. Quant à l’attractivité elle se rattache à l’importance croissante de la mobilité des capitaux et des talents. Pour les territoires la question se pose : comment attirer les capitaux et les travailleurs hautement qualifiés. En fait l’attractivité est fonction de : l’accessibilité aux différents marchés ;l’existence d’infrastructures ; le nombre de firmes en présence ( les fameux effets d’agglomération) ; la disponibilité de sites fonciers ; la présence de centres de recherche ; les conditions d’accueil que facilitent des organismes d’appui à l’entreprise et enfin, la qualité de vie.

Longtemps le Midi, avec son soleil et la Méditerranées, a été plus attractif que le nord, pays des charbonnages, de la brique et de la pluie pour ne pas parler des Tchits ( !). Les choses ont bien évolué ces 20 dernières années et Lille n’a guère à envier à une ville, pourtant ô combien agréable et dynamique, comme Montpellier. La proximité du centre de l’Europe n’est pas étrangère à cette évolution en plus de facteurs internes (dynamisme des forces vives).

André Joyal Université du Québec à Trois-Rivières


Références ou Coordonnées

DIACT, Dynamique et développement durable des territoires, Paris, La documentation française, 2009, 201 p.


par André Joyal le 26 août 2010
Suite à donner
    Laisser un commentaire