Globalisation, systèmes productifs et dynamiques territoriales : regards croisés au Québec et dans le Sud-Ouest français par Régis Guillaume

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 5327 (3 par jour)
Fiche Ressources DLD N°920-1764

Globalisation, systèmes productifs et dynamiques territoriales : regards croisés au Québec et dans le Sud-Ouest français par Régis Guillaume

Descriptif

Ouvrage franco-québécois sur la dynamique des territoires

Avant d’ouvrir ce volume, le lecteur québécois pensera bien faire en portant essentiellement son attention aux contributions des auteurs de chez lui, sous le prétexte que si le Sud-Ouest de la mère-patrie ne manque pas de charmes, ce qui s’y passe se trouve loin de ses préoccupations.Idem pour le lecteur français. Erreur. Ne fusse que sur le plan conceptuel, les uns et les autres y trouveront d’intéressantes considérations, en introduction. Comme cette définition d’un territoire : un processus de construction permanente susceptible de se voir éclairer à partir de dimensions historiques, sociales, politiques et bien sûr économiques et dont les logiques s’expriment à des échelles plurielles. On y trouve des relations entre entreprises en marche qui induisent nécessairement une proximité géographique. Cette dernière, favorise la coordination qui mettent en œuvre des stratégies de nature différente.

On l’aura compris, selon R. Guillaume, l’objectif de l’ouvrage vise :…<à relever et décrypter, dans un contexte de tension exacerbée et d’affaiblissement des outils de régulation traditionnels, l’expression de nouveaux enjeux.> Il est bien précisé que les sites étudiés sont analysés à partir d’une grille qui tient compte de leurs caractéristiques spécifiques et des initiatives locales qui s’expriment en France comme au Québec dans le cadre d’une accélération des processus de décentralisation.

Le quatrième chapitre, à mon avis le plusintéressant s’intitule :. Suite à un définition de ce que sont les systèmes productifs locaux, les deux maîtres (on dit pas maîtresses…) de conférences de Tarbes s’intéressent aux modes d’organisation de la production au niveau territorial. Ceci en reconnaissant que de nos jours l’offre de ressources représente un potentiel émanant d’acteurs locaux à travers des processus d’apprentissage et d’innovation. En ce plaçant dans le cadre du (re)développement des territoires, les deux auteures sont conduites à analyser les rapports dialectiques tissés entre les acteurs et leurs espaces d’insertion. Ce qui les amène à s’interroger sur les territoires qui se construisent dans l’articulation d’acteurs locaux, privés et publics, et sur quelles ressources territoriales ils s’appuient pour asseoir leur développement. La démonstration d’un territoire en reconstruction se fait à partir de deux organisations résiliaires : le secteur électromagnétique d’Adour et un centre de recherche en électronique de puissance. Notons leur conclusion : la valorisation d’un territoire dépend de trois facteurs à savoir, le temps les réseaux et la spécificité.

Et que penser de ce fameux Triangle d’or de la Montérégie étudié par DG. Tremblay en portant attention aux stratégies de diversification. Cet intéressant chapitre traite du rôle de la proximité dans les relations interentreprises. L’auteure signale que les entreprises, en majorité, considèrent que leur principal avantage concurrentiel réside du côté de la différenciation des produits et de la qualité et beaucoup moins du côté des prix.

Enfin, notons que le lecteur trouvera sur le secteur du lait au Québec, et celui du foie gras, du sud-ouest de l’Hexagone, tout ce qu’il désirait savoir sans oser le demander. Oui, un livre étonnant pour un ouvrage collectif faisant appel à une gamme aussi variée d’auteurs. N’ayant rien à voir avec un vin de garde il est à consommer maintenant, mais, il sera encore bon dans deux ou trois ans.

Proposé par A.Joyal


Références ou Coordonnées

Votre Nom : Régis Guillaume, éd., Globalisation, systèmes productifs et dynamiques territoriales : regards croisés au Québec et dans le Sud-Ouest français, Paris L’harmattan, 2005,327 p.


par André Joyal le 8 juillet 2005
modifie le 18 août 2010
Suite à donner
    Laisser un commentaire