Le développement local : Comment stimuler l’économie des régions en difficultés André Joyal

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 6782 (9 par jour)
Fiche Ressources DLD N°920-1771

Le développement local : Comment stimuler l’économie des régions en difficultés André Joyal

Descriptif

André Joyal fait le tour, comme moyen de développement local, des logiques entrepreunariales au Québec, mais aussi à partir de points de vue en France ou au Brésil. En préalable et pour ma part, André Joyal parle d’un environnement juridique, culturel et social que je (nous) ne connais pas. Un inconvénient : certains exposés me paraissent incompréhensibles ; un avantage : la dimension LETTRES PERSANES de son livre. Nous, de France, sommes peut être aussi malins que les cousins du Québec et saurions faire ce qu’ils font.

  • L’entreprise, en général, est un acteur normal du développement local ; sans doute le plus pertinent et le plus efficace. A condition qu’elle participe à une planification stratégique correcte, dit André Joyal.
  • L’entreprise fait partie de (compose) l’environnement économique mondial. Certes, l’entreprise doit être une réponse locale à la mondialisation mais en aucun cas l’oiseau Phénix des politiques et des élus.
  • L’importance des ressources locales représente un leurre pour les acteurs locaux, mais aussi un stock directement accessible aux prédateurs centraux ; rarement un véritable moyen de développement local.

A la lecture du livre, on regrettera que, en France, l’entreprise relève plutôt de l’aménagement du territoire que du développement local, selon la formule du pâté d’alouette : un cheval d’aménagement du territoire pour une alouette de développement local !


André Joyal en donne un exemple saisissant (et caricatural) pour la Gaspésie : l’entreprise papetière pharaonique à 560 millions de dollars pour 250 emplois créés, soit 2,24 millions de dollars par emploi !


A ce tarif là (qui pour un placement à 4% donnerai un revenu de médecin), il me semble que l’argent de nos impôts et des sociétés de capital risque seraient beaucoup plus efficace pour le développement local distribué au loto qu’à créer une entreprise papetière. L’auteur rappelle que l’entreprise, aussi acteur de développement local qu’elle soit, n’est pas un acteur évidemment territorialisé, pour le meilleur mais pas pour le pire.

Au passage l’auteur définit quelques idées de base du développement local comme la gouvernance locale ou le capital social mais aussi celles des pays de la loi Voynet, vu d’un œil québécois, ou de systèmes de production locaux (à rapprocher des Systèmes Productifs Locaux de la DATAR). Je lui demanderais, en surplus, de définir aussi la notion d’empowerment et celle de corporations.

Au total ce coup de projecteur sur le développement local me paraît plein d’intérêt pour le chercheur et roboratif, par le ton et la forme, pour les acteurs du territoire. J’attends avec impatience deux autres ouvrages sur les autres systèmes d’acteurs du territoire :

  • Les systèmes familiaux.
  • Les systèmes collectivités locales.

A ces conditions là, nous pourrions lui accorder quitus, à André Joyal , de son rôle d’homme sur notre terre (de plus, cela économiserait mes travaux de recherches).

Bernard Garrigues


Références ou Coordonnées

Votre Nom : Le développement local : Comment stimuler l’économie des régions en difficultés André Joyal


par Bernard Garrigues le 19 mars 2002
modifie le 18 août 2010
Suite à donner
    Mots clés
    Laisser un commentaire