La logique sociale du développement territorial par Moulaert, Franck et Jacques Nussbaumer

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 1733 (2 par jour)
Fiche Ressources DLD N°920-1808

La logique sociale du développement territorial par Moulaert, Franck et Jacques Nussbaumer

Descriptif

La collection Géographie contemporaine invite les géographes et autres spécialistes de disciplines connexes à offrir leurs points de vue sur les diverses problématiques territoriales en considérant que toutes les questions relatives aux territoires se trouvent au cœur des débats sociaux de notre époque. Deux économiste belges ont saisi la perche qui leur était tendue : un jeune, Jacques Nussbumer qui a soutenu en 2002 sa thèse de doctorat et un auteur prolifique en la personne de Frank Moulaert, professeur à mon alma mater devenu depuis la fin des années 1960 la Katholicke Universiteit Leuven. L’ouvrage est de dimension modeste. Il contient six chapitres ayant cinq ou six sections et autres sous-sections. On comprend l’intention des auteurs, en introduction, d’annoncer une présentation simplifiée et synthétisée du concept d’innovation sociale. Tel que précisé, les auteurs utilisent ici le concept d’innovation sociale comme principe fondateur de l’action stratégique du développement territorial, des politiques publiques locales et régionales et des transformations des structures des communautés locales comme de leur gouvernance.

Dans un premier chapitre, consacré à la redécouverte de l’espace, de son économie et des liens sociaux, les auteurs visent à montrer que l’innovation, d’abord technique et technologique, puis organisationnelle et sociale, se situe au cœur des préoccupations entourant le développement. Un intéressant survol de la littérature des trente dernières années nous fait passer de la critique des modèles traditionnels à la croissance endogène non sans occulter les limites de ces derniers pour en arriver aux modèles territoriaux d’innovation.

Les choses se précisent avec le chapitre Des lectures de l’innovation sociale. Celle-ci, à travers la contribution d’un certain M. Mumford, apparaît clairement. Il en est de même pour l’incontournable capital social avec ses trois caractéristiques telles que mises en évidence par R. Putnam : réseaux, normes et confiance. Et on en arrive à l’économie sociale. Un rappel utile de F. Moulaert : une vraie entreprise d’économie sociale, en plus d’avoir une finalité évidemment sociale se doit de redistribuer tout en étant gérée collectivement par ses agents de production. Un très utile tableau synthèse permet d’y voir plus clair à la faveur d’une comparaison entre l’économie sociale, le troisième secteur et l’économie solidaire, appuyée sur cinq critères parmi lesquels on trouve les rapports de propriété et de contrôle et l’orientation vers le marché.

Dans un chapitre subséquent intitulé La région sociale, la production et la reproduction régionales, on trouve une intéressante matrice montrant les interactions entre les quatre types de capitaux : le capital écologique, le capital social, le capital humain et le capital économique privé. Mais, pourrait-on se demander : qu’est ce qu’une « région sociale » ? La réponse des auteurs réfère à un concept social où les relations de marché sont prises en compte au même titre que d’autres types d’interactions, estimées en fonction de leur contribution au bien-être et à la richesse des populations. Le dernier chapitre De l’innovation sociale à l’innovation sociale territoriale se veut particulièrement original en visant la confrontation des deux trajectoires développées tout au long du volume : celle mettant en évidence les rapports entre l’innovation sociale et le développement territorial.

L’ouvrage pourra laisser sur leur faim les lecteurs les plus avertis sur les questions traitées et ces mêmes lecteurs pourront se trouver agacés par les passages aux allures très scolaires où les auteurs ont cru bon d’appuyer chaque phrase sur d’autres auteurs ou sur leurs propres travaux. Bien sûr, ce ne sont pas les jeunes chercheurs peu familiers avec la littérature se rapportant aux questions territoriales qui vont s’en plaindre. Cet ouvrage saura répondre à leurs désirs de se familiariser avec certaines idées ou certains concepts sans devoir y investir trop de temps et d’argent.

André Joyal Université du Québec à Trois-Rivières


Références ou Coordonnées

Moulaert, Franck et Jacques Nussbaumer, La logique sociale du développement territorial, Québec, Collection Géographie contemporaine, Presses de l’Université du Québec,2008, 139 p.


par André Joyal le 26 août 2010
Suite à donner
    Laisser un commentaire