Interagir pour innover : une technologie médicale au cœur du réseau par Régina Leiggener

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 5842 (8 par jour)
Fiche Ressources DLD N°920-1817

Interagir pour innover : une technologie médicale au cœur du réseau par Régina Leiggener

Descriptif

C’est en Suisse que le lecteur se voit inviter à suivre la longue aventure d’une innovation médicale soit dans l’Arc lémanique qui s’étend de Neuchatel à Genève. L’objet de la recherche de la géographe helvète Regina Leiggener a porté sur la dimension locale des relations technologiques en se penchant sur la manière dont les géographes et les économistes régionalistes abordent cette question.

Pour l’auteure, il s’agissait de montrer comment, à travers tous les réseaux mis en présence, l’innovation émerge des convergences et des divergences qu’ils renferment. La dynamique de ces dernières fut étudiée en s’appuyant sur trois approches : l’acteur-réseau, ici le Centre de Sociologie de l’Innovation ; l’encastrement (les relations interpersonnelles) et enfin : le milieu innovateur (le territoire). Le tout est traité en trois parties.

La première partie
Les relations technologiques présente les différents courants d’analyse auxquels adhèrent nos collègues géographes. Mais l’auteure ne limite pas à la littérature propre à sa profession puisqu’elle fait abondamment allusion à la nouvelle sociologie économique. Il ne faut pas se surprendre alors de voir l’entrepreneur défini comme un collectif d’acteurs hétérogènes et non plus comme un individu génial. On voit que l’innovation se situe à l’intérieur d’un processus interactif relié à un projet modulé dans le temps et dans l’espace.

La deuxième partite
L’étude d’une technologie se rapporte à un cas spécifique soir à une innovation médicale : Colostim. Oui, en décortiquant on voit qu’il s’agit bien d’un appareil visant à soulager les problème de constipation par une stimulation électrique du colon (c’est sérieux…faut pas rigoler !). Ici, le local aux yeux de Régina Leiggener correspond à un espace d’intérêts partagés. Il exprime le rapport dynamique entre une sociabilité et une spatialité propices à un projet d’innovation et recouvre une variété d’entités spatiales comme le territoire du quotidien ou le système de production. Pour l’auteure, on l’aura compris, afin que l’innovation parvienne à ses fins, il est indispensable que les différents acteurs se rencontrent et se confrontent en lieu donné surtout en période de tension.

La troisième partie
La dimension locale se veut plus théorique. Après avoir parlé de lieu et de milieu, la question se pose : la nécessité de recourir au concept de territoire s’impose-t-elle ? Qu’exprime-t-il de plus que le lieu et le milieu s’interroge l’auteure. Or, entre les concepts de réseau et de territoire, le cœur du géographe (et pourquoi pas celui de l’économiste ?) balance. Les deux ont une mémoire et l’auteure surenchérit en soulignant que le territoire constitue en fait un lieu de mémoire. Des précisions qui ne manquent pas d’intérêt pour ceux qui persistent à s’interroger sur la distinction entre les concepts de région et de territoire. Dans les toutes dernières lignes on peut lire si le lieu mérite d’être observé, il demande à être organisé par un acteur qui reconnaît en lui un passage obligé. Le géographe (et pourquoi pas tout autre agent de développement local) deviendrait ainsi un facilitateur d’interactions

De cet ouvrage passionnant dont je ne saurais trop recommander la lecture, je retiens que le processus d’innovation est sélectif dans ses alliances : on n’innove pas avec n’importe qui. Il faut bien reconnaître que l’on vit dans un monde bien différent de celui d’Amand Bombardier, d’André Citroën et autre Thomas Edison.

André Joyal Université du Québec à Trois-Rivières


Références ou Coordonnées

Régina Leiggener, Interagir pour innover : une technologie médicale au cœur du réseau, Bern, Peter Lang SA, 2008, 292 p.


par André Joyal le 2 septembre 2010
Suite à donner
    Laisser un commentaire