Territoires & Entrepreneuriat sous la dir. de G.A. Okou Dokou

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 9554 (2 par jour)
Fiche Ressources DLD N°920-2158

Territoires & Entrepreneuriat sous la dir. de G.A. Okou Dokou

Descriptif

Comme on le devine aisément, cet ouvrage collectif émane d’un colloque placé, cette fois, sous l’égide de l’Université du Littoral. Il s’agissait alors du Xe Colloque FACIL (Forum Annuel de la Création et de l’Innovation du Littoral) qui, pour employer une expression du monde des sports, les responsable du FACIL, sans avoir toujours la tâche facile (jeu de mots trop…facile) sont parvenus en 2010 à créer leur Centre de l’Entrepreneuriat Local.

Pas moins de 14 auteurs, en majorité français, ont collaboré à cet effort collectif. On traite ici du rôle de l’encastrement social et culturel sur l’entrepreneuriat. Vu ainsi, le territoire entrepreneurial, selon G.A. Kokou Dokou, prend la forme d’un creuset d’innovations et de créativité dont les moteurs font appel à l’appartenance territoriale, aux réseaux et à toute forme de capital social auquel il est fait abondamment allusion dans ces pages.

Le tout débute par quelques éléments fondamentaux assortis d’exemples permettant de bien saisir ce que représente une ville entrepreneuriale. Celle-ci doit miser sur un capital réparti en trois sous-ensembles : économie, culturel et, bien sûr, social. Fallait–il préciser, comme le révèlent de nombreuses études, que la création d’activités s’effectue davantage dans les villes (surtout les métropoles) que dans les villages ou dans les campagnes ? Le spécialiste de la PME rurale que je suis opine du bonnet ( !). Oui, vaut toujours mieux être riche et en santé que pauvre et malade comme le dit l’humoriste.

Le cinquième chapitre est l’oeuvre du responsable de l’ouvrage qu’il termine sur le constat que : l’entrepreneuriat apparaît aujourd’hui comme un phénomène de société au cœur des villes. En effet, il signale que ce sont les ambitions et la volonté de l’ensemble de la population qui permettent à certaines villes (telles qu’Helsinki, Munich, Lille et Lyon de figurer en tête de l’indicateur des satisfaction des entrepreneurs.

Avec le chapitre suivant, peut-être plus inspiré puisqu’il prend appui cette fois sur pas moins de cinq pages de références bibliographiques, G. A. Kokou Dokou, rend justice aux auteurs québécois ayant publié sur le sujet. Il est à nouveau question de démarches d’accompagnement à la création d’entreprises dont le processus est vu comme un écosystème constitué par les agents socio-économiques d’un territoire donné.

On peut lire qu’un bon accompagnement consiste à faire prendre conscience de différentes étapes d’un projet tout en favorisant les anticipations. Par ce chapitre, l’auteur cherche à préciser le contenu de l’esprit d’entreprise au sens de la création réussie. Pour ce faire, il rappelle différentes choses sur l’innovation vue par Schumpeter.

Avec les trois études de cas, réparties sur trois continents, le lecteur obtient une intéressante présentation de la problématique entourant l’accompagnement de l’entrepreneur vu ici comme étant le porteur d’un projet ou celui qui, une fois son rêve réalisé se doit de faire face aux exigences de son évolution.

André Joyal


Références ou Coordonnées

TERRITOIRES ET ENTREPRENEURIAT, G. A. KOKOU DOKOU, sous la dir. de, Paris, L’Harmattan, 2011, 317 p.


par André Joyal le 11 février 2012
Suite à donner
    Laisser un commentaire